L’Aragon de Paris

On sait combien stratégique est la politique d’attribution des noms de rues à Paris depuis l’affaire Robespierre dont nous avions parlé chez les Septembriseurs en 2009. Voici quelque temps déjà que des admirateurs de l’écrivain et poète Louis Aragon militaient pour que l’on baptise une voie de Paris à son nom. Il est vrai que, curieusement, rien n’avait été fait en son honneur alors même que, né à Neuilly (1897) et mort à Paris (1982), Aragon a passé l’essentiel de sa vie dans la capitale. On objectera que son ami et compagnon surréaliste André Breton n’a pas plus bénéficié de ce privilège. Seulement, personne, à notre connaissance, n’a tenté d’empêcher que l’on donne son nom à une voie. C’est bien le sort qui fut réservé à Aragon pendant de nombreuses années puisque les différentes demandes d’attribution furent toutes repoussées par la mairie de Paris, une fois de plus chatouilleuse sur l’engagement politique du personnage en cause. Il est en effet difficile de nier que le poète fut un fervent stalinien, thuriféraire du Guépéou et zélé serviteur du PCF, du moins jusqu’à une époque dangereusement avancée. Cela doit-il pour autant occulter son œuvre d’écrivain ? L’auteur du Paysan de Paris méritait bien une voie à son nom à l’heure où M. Delanoë se précipite pour baptiser le moindre emplacement en l’honneur du dernier martyr de telle ou telle révolution (ne parlons pas, évidemment, des innombrables voies qui honorent d’illustres inconnus ou d’incontestables crapules). Non sans mal, c’est chose faite depuis hier puisqu’une place Louis Aragon a été inaugurée en grande pompe sur la pointe ouest de l’île de la Cité. Le maire était là, ainsi que le poète Jean Ristat, exécuteur testamentaire d’Aragon. Il faut croire que la pétition lancée en 2009 a donc eu quelque effet, l’unanimisme politique ayant été de mise à l’inauguration comme il l’avait été lors du vote par les élus parisiens en juin 2011. Notons cependant que ce vote eut lieu juste avant que ne soit encore une fois repoussée une énième tentative des élus du Parti de Gauche pour que l’on accorde une rue à Robespierre. Céder sur l’un pour mieux interdire l’autre…

LJ

Advertisements
Cet article, publié dans Général, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s